Ce qu’il faut savoir à propos des amendements “glyphosate”, sur lesquels vous m’avez interrogée : , Les amendements ont été présentés en…


Ce qu’il faut savoir à propos des amendements “glyphosate”, sur lesquels vous m’avez interrogée :
Les amendements ont été présentés en milieu de la dernière nuit d’examen du texte après une semaine de débats – jour et nuit, samedi dimanche compris – sans qu’une information préalable n’ait été diffusée sur les conditions de leur présentation…
Ces amendements « glyphosate » ont été noyés dans la masse, pire ont bénéficié de la complicité de la Présidence de l’Assemblée nationale, pour être appelés à une heure très avancée de la nuit. Cela ne devrait pas être, le respect des citoyens exige un examen ordonné des textes.
Cependant, les partisans de l’interdiction dans la loi – dont je suis – n’ont pas de regrets à avoir. Sans l’accord de la Majorité et du Gouvernement, rien ne passe et c’est tout le débat que nous devons avoir sur la place d’une opposition que l’on doit à tout prix préserver dans les débats. Depuis juin 2017, il n’en est rien et je vous en ferai la démonstration quand vous voudrez.
Donc…ne nous leurrons pas…et ne trompons pas les citoyens par la même occasion ! Si le gouvernement et sa majorité s’opposent à une disposition, elle n’a aucune chance d’être adoptée en définitive. Nous avons mené le combat politique et citoyen et déposé des amendements en cohérence avec l’exigence sanitaire qu’exige notre planète. Il suffisait que la Majorité ou son Gouvernement disent oui et cette mesure indispensable était prise pour le plus grand bien de la biodiversité, dont l’effondrement généralisé ne cesse de nous commander une autre politique.
A l’Assemblée, on peut certes exprimer une opinion et mener un combat politique, mais l’issue des débats est connue d’avance compte tenu des résultats électoraux…que nous connaissons et qui ne sont pas en faveur de l’environnement. La Majorité impose toujours son point de vue à ses opposants.
En l’espèce ce qui comptait c’est notre main tendue . Mais le gouvernement et sa majorité ne l’ont pas saisie. Ils étaient contre l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate. Il faut le savoir et le problème est là.
Lors du vote final de la Loi, mercredi dernier, je me suis exprimée contre l’adoption de cette loi, principalement pour ce motif.